Ajustement de la hauteur de selle – comparaison de 2 méthodes

Damien DodelinArticles

Comparaison de deux méthodes statiques d’ajustement de la hauteur de selle pour des cyclistes de morphologies différentes

 

  • Utilisons-nous la bonne méthode pour déterminer sa hauteur de selle ?

 

Trouver sa hauteur de selle idéale est une affaire délicate chez le cycliste. Suis-je trop haut, trop bas ? Trop en arrière ? Trop en avant ?

En fonction de la discipline, la hauteur de selle change-t-elle ?

 

  • De l’empirisme

 

Inclus dans les mœurs, une approximation de la bonne hauteur de selle pourrait se réaliser en posant le talon sur la pédale : Si la jambe est tendue, le réglage serait bon.

FAUX ? VRAI ?

Cette technique souvent utilisée ne peut déterminer votre hauteur de selle idéale, car elle peut être biaisée par une bascule de bassin, un membre plus long que l’autre … cela reste une réelle approximation.

podologue Bayonne

 

  • Au scientifique

De nombreuses méthodes sont utilisées afin d’affiner ce réglage optimal entre le haut de la selle et l’axe de pédalier. Les plus connues ?

  • La méthode Genzling: La célèbre mesure sol/entrejambe x0.885
  • La méthode Hamley : 1.09 x Longueur entrejambe – longueur manivelle

D’autres, comme F.Grappe ont cherché à démontrer la hauteur de selle idéale de la pédale jusqu’au haut de selle : cette mesure peut paraître logique car la hauteur de selle dépend également de la longueur des manivelles, pouvant influencer cette mesure.

  • Méthode Grappe : Grand trochanter x 109% (Pédale/hauteur de selle)

 

La plus connue et utilisée est sans doute la méthode Genzling : en relation avec Monsieur Hinault, Claude Grenzing (scientifique Français) a déterminé dans les années 1980 un protocole permettant de trouver les différents réglages idéaux pour chaque coureur.

Pour cet article, seules les méthodes de Genzling et Hamley seront étudiées.

 

 

  • La base de toutes les mesures : l’entrejambe

Pour déterminer la hauteur de selle, et quelle que soit la méthode, le principal repère du cycliste est de mesurer sa distance sol/entrejambe (en butée du périnée).

Exemple :

Après différents calculs, Genzling détermine que cette mesure x0.885 peut déterminer une hauteur de selle idéale.

Par exemple : Entrejambe : 85cm

85×0.885 : 75.2cm

La hauteur de selle idéale du cycliste serait de 75.2cm (haut de selle/axe pédalier).

Podologue Bayonne

Millour et al (2018) ont comparé les méthodes de Genzling et Hamley afin d’observer la véracité des calculs de ces derniers. En effet, ces mesures utilisées depuis plus de 30ans sont-elles véritablement efficaces ?

Pour rappel, lors d’un cycle de pédalage, un coureur se doit d’obtenir (pour confort et performance) un angle de genou de 30 à 40° en dynamique, et 25 à 30° en statique (pied parallèle au sol) avec la manivelle à 180°.

L’usage des méthodes de Genzling et Hamley s’avère réaliste : il y’a une corrélation dans les résultats lorsque les cyclistes sont des sujets de taille moyenne, et l’angulation de genou reste approximativement correcte.

Cependant, il y’a une différence significative dans les résultats et donc une mauvaise appréciation de la hauteur de selle lorsque les cyclistes possèdent des segments (fémurs, tibias …) plus longs ou plus courts que la moyenne.

 

Conclusion ?

Les différentes méthodes permettent une approche de la hauteur de selle idéale pour des personnes de morphotype moyen. Cependant, pour les « hors gabarits », ces méthodes sont limitées et les résultats amplifiés ou sous évalués.

Afin d’obtenir une hauteur de selle idéale propre à son morphotype, il est conseillé d’être observé et guidé par une ergonomie cycliste. L’analyse de vos segments permet une appréciation de votre cinématique (Analyse 3D) tant sur l’angle de vos genoux que le reste de votre corps.

Comme l’annonce F.Grappe (cyclisme et optimisation de la performance) , varier la hauteur de selle sans changement de la position du guidon conduit à varier l’angle de travail des différentes articulations (hanches, genou, chevilles et pieds).

Bibliographie :

MILLOUR G et al (2018) ; Comparaison de deux méthodes statiques d’ajustement de la hauteur de selle pour des cyclistes de morphologies différentes

MENARD Mathieu. (2016). Effet de la posture sur la performance et la prévention des blessures en cyclisme. Apport de la modélisation musculo-squelettique.

Grappe Frederic. (2005). Cyclisme et optimisation de la performance(1ere édition). De Boeck.